Louis Vuitton : histoire d’un succès
27 janvier 2015
Fabrice Moine (2 articles)
Partager

Louis Vuitton : histoire d’un succès

De la modeste entreprise familiale à la multinationale connue de tous, l’histoire de Louis Vuitton s’inscrit en lettres d’or dans l’épopée du luxe français. Fondée en 1854 par le jurassien Louis Vuitton et rachetée en 1989 par l’homme d’affaires Bernard Arnault, la marque de maroquinerie représente désormais le chic français dans la plupart des pays du monde. Retour sur l’histoire d’un succès qui ne s’est jamais démenti.

De la petite entreprise parisienne à LVMH

Parcourant 400 kilomètres à pied, le jeune Louis Vuitton (1821-1892) quitte son Jura natal pour gagner Paris, où il se fait rapidement embaucher en tant qu’apprenti malletier : il y réalise ses premiers coffres de voyage. Son habileté et son savoir-faire sont très rapidement reconnus, et il décide de créer en 1854 une marque portant son nom, encouragé par le succès de ses productions auprès des élégantes du grand monde. 5 années plus tard, il déménage ses locaux à Asnières-sur-Seine, une ville qui restera pour toujours associée à la marque. Son fils, Georges, reprendra le flambeau et développera l’entreprise à l’international : la dynastie des Vuitton est née. Georges inventa deux des marqueurs de Louis Vuitton : la serrure incrochetable en 1886 et la toile caractéristique 10 années plus tard, qui firent le succès de la marque. Gaston-Louis, Claude-Louis, Odile : la dynastie des Vuitton perpétuera, des décennies durant, l’esprit marque. En 1987, sous l’influence du mari d’Odile, Henri Racamier, Louis Vuitton SA fusionne avec d’autres entreprises du secteur : LVMH, le premier groupe de luxe du monde, naît. Que de chemin parcouru depuis 1854 !

Bernard Arnault, l’homme qui va confirmer le succès de Louis Vuitton

bernard arnault

Après être devenu l’un des actionnaires principal du groupe en 1988, sur la demande expresse de Racamier, Bernard Arnault va rapidement en prendre le contrôle. Cet homme d’affaires, né en 1849 à Roubaix, poursuit ainsi sa stratégie gagnante d’acquisition d’entreprises de luxe, après Dior en 1984. À la tête de LVMH, il va diversifier les productions de Louis Vuitton, tout en respectant les codes traditionnels de la marque. Prêt-à-porter, horlogerie, parfumerie : sous l’influence d’Arnault, la marque gagne du terrain dans tous les secteurs du luxe. Louis Vuitton a de l’ambition, et n’hésite pas à ouvrir sans première boutique en 1992 dans un pays au marché alors prometteur : la Chine.

rencontre avec bernard arnault

Louis Vuitton de nos jours

Louis Vuitton est désormais le fleuron du luxe français à l’international. Disposant de plus de 320 boutiques, présent dans plus de 50 pays et employant plus de 19 000 personnes, Louis Vuitton a de beaux jours devant elle. Après avoir su conserver la qualité et les codes marqueurs de la marque, l’entreprise s’est adaptée à la mondialisation en s’ouvrant à de nouveaux secteurs d’activité et à de nouveaux marchés friands de son savoir-faire. Aujourd’hui, l’entreprise est confrontée à de nouveaux défis : la contrefaçon, la concurrence de marques de luxe émergentes… Nul doute qu’après 150 années d’existence et de succès, Louis Vuitton a encore de sérieux arguments à faire valoir.

Fabrice Moine

Fabrice Moine

Commentaires

Auccun commentaire ! Vous pouvez être le premier à commenter ce post !

Ecrire un commentaire

Vos données seront en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Aucune autres données ne seront pas partagées avec des tiers. Les champs obligatoires sont marqués par *